Pratiquer la BDSM pour une réelle sensation de plaisir

Le BDSM est une pratique bien connue par les couples pour ajouter un peu de piquant dans leur relation. En manifestant le plaisir dans cette pratique, l’individu avoue sa capacité d’atteindre seul l’orgasme dans une douleur visible infligé à son corps. En donnant son corps à la douleur, il affirme reconnaitre l’autre dominateur comme différent et plus valorisé que lui. Ainsi, le rôle de la douleur et du plaisir est de soumettre tout et tous dans les jeux de la domination-soumission.

Les opinions sur la pratique BDSM

La pratique BDSM est peu connue du grand public et qualifiée parfois d’acte barbare. Une occasion afin d’atteindre l’extase se disent les passionnés. Sinon, pourquoi barbare ? Est-ce parce que le but du jeu est l’orgasme et le fantasme ? En effet, la BDSM est vue comme une cruauté sauvage à l’œil des âmes sensibles dont les personnages sont des fatalistes. Mais, ne portez pas de jugement hâtif sans avoir vraiment percé les mystères de cet art. De nombreuses personnes y trouvent du plaisir et d’autres encore cherchent à atteindre ce plaisir en se faufilant dans la toile de rencontre bdsm. Forcément, on y trouvera dans ce site une révélation à propos de l’élévation sexuelle, mais rarement le mot tabou qui est le sexe.

La pratique BDSM en réalité

Dans les pratiques BDSM, la peur est omniprésente, et multiforme. La raison concerne l’ageplay, l’uro et le scato. Et que dire de la peur de la soumission, de la domination, du bondage, de la discipline, du sadomasochisme en étant la forme extrême ? Enfin, la peur de s’offrir à la personne qui domine, la plus insidieuse. Dans ce contexte, l’action rechercher de cette pratique génère une sécurité psychologique qui réveille la fierté de tout le monde, femmes comme hommes. La douleur, en particulier dans la torture, contribue à libérer les hormones du bonheur et du plaisir (la dopamine et l’endorphine). Une des rares sensations que les personnes cherchent avec son partenaire dans une rencontre.

La domination dans cet art érotique, pour sa part, juge intolérable que quelqu’un s’élève au-dessus du/de la dominateur/trice, sans son accord et sans les contreparties attendues de cette appréciation. Le but du jeu tient sans doute à ce que l’accès au pouvoir soit exclusivement lié au fantasme, excluant la peur. La conséquence sur les comportements du/de la dominé/e se traduit par un extrême orgasme. Dans la pratique BDSM, la torture représente la permission majeure pour que s’instaure un climat de bien-être aux dominateurs et aux dominés. Se fondre dans le fantasme dans le but de chercher du plaisir reste alors l’obsession constante de la rencontre.

Ainsi s’affrontent sur différentes  possibilités et dans chaque salle et chambre les sentiments opposés de peur et de confiance, de douleur et de plaisir. Bien que très humain, il est vrai. La véritable parade à cette pratique sexuelle collective pourrait se trouver au cœur d’une société en profonde mutation. Un fantasme ardu, mais décisif, dont dépend l’adaptation au monde moderne de la culture sexuelle.